Astrologie Traditionnelle et Intégrative

Astrologie

Les textes astrologiques écrits dans la région méditerranéenne (Thrasyllus et Manilius) entre le Ier siècle avant notre ère et le 7e siècle, se réfèrent couramment à un schéma associant chacune des sept planètes classiques avec l’une des douze « maisons » astrologiques. La maison avec laquelle chaque planète était associée était dite le lieu de « joie » de la planète.

Dans le nouveau système à 12 planètes intégrant Proserpine et Bacchus, notre travail de recherche a permis de déterminer les maisons dans lesquelles les planètes lentes sont en joie.

Uranus est en joie en X, Neptune en VIII, Pluton en IV, Proserpine en II et Bacchus en VII.

Il est intéressant de constater que le sens de la maison est très proche de celui de la planète. Pour prendre quelques exemples : Venus/maison 5 recherche des plaisirs, Mars/maison 6 combats intérieurs, Proserpine/maison 2 prospérité intérieure, Neptune/maison 8 transcendance de la matière, …

Vous pouvez observer que les planètes sous l’horizon sont celles que l’on nomme diurnes, et sur l’horizon nocturnes.

Celles avec un B, sont celles dites bénéfiques, celles avec un M maléfiques dans l’astrologie hellénistique.

Ainsi Jupiter est bénéfique/diurne, Pluton est bénéfique/nocturne. Cette classification est très importante pour déterminer le bénéfique et le maléfique significant dans un thème natal. En effet si le thème individuel est diurne (naissance le jour) ou nocturne (naissance la nuit) les bénéfiques et les maléfiques auront une action différente.

Un autre point intéressant est que les planètes maléfiques sont associées aux secteurs dits en aversion de l’Ascendant (2, 12, 8, 6) représentées en sombre sur le dessin.

Le système des maisons en astrologie divise le cycle nycthéméral en 12 secteurs d’environ 2 heures chacun. A un instant T, la maison 1 correspond au signe du zodiaque tropical qui se lève à l’horizon Est, la maison 10 au signe se trouvant au Zénith (au dessus de la tête), la maison 7 au signe qui se couche à l’Ouest, et la maison 4 se trouve au Nadir (sous les pieds).

Je me suis toujours posé la question mais pourquoi alors que le cycle du soleil va dans le sens horaire (représenté sur un cercle : Est, Sud, Ouest, Nord) les maisons astrologiques sont numérotées dans le sens anti-horaire ?

Il faut comprendre tout d’abord que ce cycle horaire correspond à la rotation de la Terre sur elle-même et détermine le cycle jour/nuit quotidien. Le système des maisons astrologiques bouge avec la rotation de la Terre, alors que le zodiaque est lui fixe. D’un point de vue de l’observateur (géocentrique) nous avons l’impression que c’est le zodiaque qui bouge dans le sens horaire, en réalité c’est la Terre avec les secteurs des maison qui tournent en sens anti-horaire.

Regardez cette vidéo de l’astrologue Jon Stevens qui est de ce point de vue très explicative.

Le mouvement primaire apparent des planètes et du zodiaque dans le système géocentrique est donc au cours d’une journée dans le sens horaire alors qu’en réalité c’est la Terre qui tourne en sens anti-horaire. Pour prendre un exemple concret, un Soleil en Bélier pourra se trouver à l’Ascendant (à l’Est) ou au Milieu du Ciel (au Sud) suivant le moment de la journée mais restera toujours en Bélier.

Les planètes par contre se déplacent en sens anti-horaire sur le zodiaque tout au long de l’année, et ceci correspond à la rotation de la Terre autour du Soleil.

A nouveau je vous suggère de regarder une autre vidéo très claire de Jon Stevens :

Il y a donc deux mouvements (apparents, c’est à dire du point de vue de l’observateur) sur le zodiaque, nycthéméral dans le sens horaire et annuel dans le sens anti-horaire.

La question de la numérotation en sens anti-horaire des maisons est donc bien pertinente. Je n’ai pas la réponse, mais j’ai des éléments de réponse.

Tout d’abord je pense que les Anciens ont numéroté les maisons non dans le sens apparent mais dans le sens réel. Ceci est probablement une première explication.

Cependant cela n’explique pas pourquoi d’un point de vue symbolique, la maison 12 est-elle la première que le zodiaque traverse après le lever du soleil alors qu’elle est censée représenter les épreuves et l’isolement ?

J’ai trouvé une logique permettant d’expliquer le sens traditionnel des maisons et de donner un début de sens.

Dans le mandala bouddhiste, l’Est correspond à la famille Vajra, le Sud Ratna, l’Ouest Padma et le Nord Karma.

Vajra : colère/clarté

Ratna : orgueil/équanimité

Padma : désir/discrimination

Karma : envie/action

On peut suivant cette logique diviser les maisons en 4 secteurs

Vajra : 2/1/12

Ratna : 11/10/9

Padma : 8/7/6

Karma : 5/4/3

Le secteur Vajra correspond à l’identité, Ratna au statut social, Padma à la relation duelle et Karma à la relation au sein du clan (famille, société).

La première maison du secteur dans le sens horaire correspond au principe du plaisir (le Ca), la troisième au principe de mort (le Sur-moi) et la seconde à la conscience de soi.

Ainsi nous pouvons dire que :

Les maisons 2/9/8/5 correspondent au principe du plaisir.

Les maisons 12/9/6/3 au principe de mort.

Les maisons 1/10/7/4 au principe de réalité.

La maison 1 est l’idée que l’on se fait de soi, la maison 2 les désirs et les besoins de satisfaction, la maison 12 les interdits que l’on se met, le contrôle que l’on exerce sur ses pulsions, mais aussi ce que l’on doit apprendre à lâcher dans cette vie. Les épreuves sont bien la souffrance de la perte des objets d’attachement représentés par la maison 2.

La maison 10 est le besoin de statut, de représentation dans la hiérarchie sociale. La maison 11 le désir de reconnaissance et d’échange (les amis), la maison 9 les idéaux et les valeurs qui nous permettent de lâcher l’égocentrisme et par extension la religion.

La maison 7 est notre façon d’entrer en relation duelle (conjoint, partenaire). La maison 8 le plaisir que nous retirons d’une relation duelle (sexualité dans un couple) et la maison 6 la façon dont nous nous mettons au service dans une relation, à l’excès c’est la soumission.

La maison 4 est notre façon d’exister au sein du clan. La maison 5 le plaisir que nous retirons de la famille (par extension les enfants, les créations), et la maison 3 le lieu où nous apprenons à partager notre place au sein du clan (la fratrie).

 

Anne de Bretagne, qui a la particularité d’avoir été deux fois Reine de France, eût, de deux maris (Charles VIII puis Louis XII) 8 enfants dont 5 enfants mâles et une fille morts peu après leurs naissances. Ne survécurent que deux filles.

Naissance le plus communément admise, le 25 01 1477, Nantes, à 05h45. Nous utilisons les maisons égales signe entier (selon l’astrologie grecque).

Anne de Bretagne était une femme très féconde (Taureau intercepté en Maison 5), le Taureau étant un signe fertile.

Cependant le maître diurne de la maison 5, Proserpine (pour comprendre l’introduction de cette planète rendez vous ici) se trouve en Scorpion en exil témoignant d’épreuves concernant les enfants. Le maître nocturne Vénus se trouve en Sagittaire en maison XII confirmant la notion d’épreuves avec les enfants.

La maison VIII contient la première part de la maison V ou part des enfants (Asc + Saturne – Jupiter en naissance diurne, l’inverse pour les naissances nocturnes) et permet d’affiner la problématique liée aux enfants.

La part des enfants en VIII nous parle de la mort des enfants,

  • Conjoint à Saturne qui est en exil en Lion : Saturne avalait ses enfants à la naissance.
  • Carré à Proserpine, maitre de la 5, en exil en Scorpion : Demeter pour se venger du rapt de Proserpine par Pluton avait abattu sur la Terre toute une série de malheurs.
  • Carré à la maison V elle-même.
  • Opposé au Soleil exil en Verseau ; la part des enfants étant en Lion, son maitre est le soleil cette opposition prend une grande valeur.

Nous voyons que, bien que cette femme fût fort féconde, aucun de ses enfants mâles ne survécut et ainsi ne put donner un Dauphin à la France.

Sans la connaissance de la part des enfants (réf. : Bonatti on Lots, traduit par Benjamin Dykes), la pronostication astrologique eût été piètre.

Le reliquaire volé et retrouvé d’Anne de Bretagne m’a incité à regarder son type dans l’ennéagramme, son thème natal ainsi que son histoire.

Voici le calcul de ses forces planétaires selon notre algorithme :

On voit que Pluton et donc le type 8 vient en tête.

Il n’est qu’à lire sa biographie pour se rendre compte de sa force de caractère, elle qui succéda à son père le duc de Bretagne François II, alors qu’elle n’avait que 12 ans.

Voici ce que dit un historien :
« A la seule façon dont elle portait la tête on devinait la future Reine de France. Résolue, miséricordieuse et charitable, mais aussi l’ennemie vindicative qui ne savait point pardonner ».

A 13 ans la duchesse publie que seront reconnus coupables du crime de lèse-majesté ceux de ses sujets qui rallieraient le camp du roi de France.

Nous reconnaissons quelques un des attributs plutoniens, et du type 8 de l’ennéagramme.

Bonaparte, Napoleon I; 15.08.1769; 11:30; +0:32:16; Ajaccio, France; 41N55; 8E44;

 

Calcul de la dominante planétaire selon les rapports avec l’ennéagramme :

Selon notre approche constitutionnelle, Napoléon I est classé dans le type 8. Nous voyons que l’analyse de son thème natal avec l’algorithme de la dominante planétaire que nous sommes en train de développer montre une nette prédominance de Pluton, la planète associée au type 8.

Un simple regard sur son thème nous montre que tous les signifiants associés à Pluton sont très forts :

Pluton est associé au Scorpion (Domicile Diurne), au Bélier (Domicile Nocturne), au Lion (exaltation), à la maison X (Joie).

Caractère de Napoléon :

« La mort n’est rien, mais vivre vaincu et sans gloire, c’est mourir tous les jours »

Génie militaire, autoritaire, bravoure, sens stratégique, querelleur, orgueilleux, turbulent, émotif, colérique, courage, insociable, frondeur, sauvage, silencieux, travailleur.

Voici les mots clés du type 8 de l’ennéagramme que nous pouvons facilement appliquer aussi à Pluton :

Mots-clés

Aspects positifs :

Puissance. Pouvoir de matérialisation, de concrétisation et de réalisation. Processus d’incarnation. Maturité. Loyauté. Protection. Influence. Stabilité. Solidité. Profondeur. Sérieux. Calme et tranquilité, confiance en soi. Obstination, caractère entier, jusqu’auboutiste. Révélation des aspects cachés de notre être. Bon ancrage dans le monde matériel. Réalisme. Volontaire, stoïque, tenace.

Aspects négatifs :

Lourdeur. Gravité. Déformation de la réalité. Imagination et perception sensorielle débridées ou insuffisamment développées. Insensibilité. Apathie et totale indifférence des sentiments. Cruauté. Abus et sadisme. Désir de puissance et de domination sur les autres. Injuste, entêté et obstiné. Vengeance. Automatisme. Egarement. Ignorance. Préjugés.

 

 

Thème natal de Robert Schumann (Schumann, Robert; 8.06.1810; 21:17:51; +0:48:36; Zwickau, Germany; 50N44; 12E29; heure de naissance corrigée)

 

Analyse de la puissance planétaire (selon notre algorithme):

Nous avons établi le lien suivant entre planètes et types de l’ennéagramme :

Type 1: Mars, Type 2 : Neptune, Type 3 : Mercure, Type 4 : Proserpine, Type 5 : Venus, Type 6 : Bacchus, Type 7 : Jupiter, Type 8 : Pluton, Type 9 : Saturne et Uranus.

Nous voyons que Bacchus/Type 6 arrive en tête.

Bacchus est sur l’Ascendant, Soleil en maison 6 (analogique Vierge son domicile diurne), Soleil Gémeaux son domicile nocturne, Lune en Vierge son domicile diurne, le maitre diurne de la pars fortunae Venus est en maison 7, maison joie de Bacchus, le maitre diurne du Sygyzy Mercure est sur la pointe de la maison 7 maison joie de Bacchus, le Sygyzy est en Gémeaux domicile nocturne.

Bacchus est la nouvelle dénomination que nous donnons à la nano-planète Makemake (cf articles parus dans la revue l’Astrologue N° 199 et 200) découverte le 31 mars 2005 et que nous intégrons dans un nouveau système astrologique à 12 planètes. Bacchus est maître diurne de la Vierge, nocturne du Gémeaux, exalté en Sagittaire et en joie en maison 7.

Il y a dans Bacchus et la Vierge une double symbolique, celle de la Vierge Folle et du Bacchus débridé et celle de la Vierge Sage et du Bacchus sacrifié.

La guérison de notre Bacchus intérieur est représenté par l’union des contraires. Bacchus représente la faculté de transcender l’attachement, de réaliser l’ivresse pure ou vierge de toute saisie duelle (basé sur la notion d’un sujet qui perçoit le plaisir et d’un objet perçu comme source de plaisir).

Selon notre méthodologie liée à l’ennéagramme, nous pensons que Robert Schumann pourrait être un type 6 ce que la statistique de la dominante planétaire tendrait à confirmer.

Voici quelques mots clés qui caractérisent sa psychologie (Robert Schumann : de l’ombre de la folie à l’éclat de la musique, par Charles Gardou, Revue Reliance) qui selon notre compréhension de l’ennéagramme peuvent se rapporter au type 6 :

Mélancolie, tourments, lutte intérieure, déchirement, auto-accusation, angoisse, abandon, tristesse, folie, cyclothymie, culpabilité, jaloux, secret, taciturne, mutisme, dualité, contradictoire, indétermination, effrayé, phobies irraisonnées, peurs hypocondriaques, prémonitions.

Passion, artiste, exaltation, ivresse créatrice, volubile, sensibilité, tendresse.

Le type 6 a besoin de protection…

Au décès de son frère Édouard, il dira « le seul sur qui je pouvais m’appuyer comme sur un protecteur… ».

 

Ô fortune,
comme la lune
changeante en ses phases,
toujours tu crois
et tu décrois ;
vie détestable.
Tantôt la fortune oppresse,
tantôt elle avive,
par le jeu, l’acuité de l’esprit,
et la pauvreté
ou la puissance
elle les dissout comme la glace.

Sort cruel
et vain,
tu es une roue qui tourne,
une base instable,
un salut trompeur,
qui peut se briser à tout instant.
Quoique dissimulée
et voilée
tu pèses aussi sur ma tête ;
C’est cause de tes jeux criminels
qu’à présent
mon dos est nu.

La chance
et le succès
me sont maintenant contraires,
mes désirs
et mes refus
se heurtent à ta tyrannie.
À cette heure
sans délai,
touchez les cordes de vos instruments ;
et déplorez tous avec moi
que le sort
accable un héros.

(Texte original de O Fortuna, issu de Carmina Burana).

 

 

Cet article est une ébauche d’une étude plus vaste sur les Parts en Astrologie.

 

Pars fortuna

 Fortuna est une divinité italique allégorique de la chance. Son nom dérive du latin fors qui signifie « sort ».

Elle représente le destin avec toutes ses inconnues. Son nom dérive de fero (porter, apporter).

La pars fortuna est principalement une part de la Lune, et la pars du daïmon ou du génie est principalement une part du Soleil. Chez les romains et les grecs le génie (daïmon) est l’instance personnelle d’une nature en générale divine qui est présente dans chaque personne, lieu ou chose. Comme un ange gardien, le génie suivrait chaque homme depuis l’heure de la naissance jusqu’à celle de la mort.

Chez Paulinus, la part de fortune est associée au corps (somatos) et la part de génie à l’esprit (thymos). La part de fortune est reliée à la Lune, au Soma et par conséquent à l’inconscient. La fortune est le destin, le karma et l’ombre. La part de génie est reliée au Soleil, à l’Esprit et par conséquent aux valeurs individuelles que l’on incarne et que l’on rayonne, c’est le génie ou le charisme personnel. Elle est aussi relié à la persona, le soi social, le masque que nous montrons et que nous avons appris à montrer pour nous sentir accepter par le corps familial et social.

La part de fortune représente donc dans le thème l’endroit le plus aléatoire, le plus refoulé, la zone d’ombre que nous ne voyons pas et qui va se manifester sous forme de destin. Contrairement à ce qui est dit ce n’est pas l’endroit le plus chanceux, car fortune signifie pour les grecs et les romains le destin, positif ou négatif.

Ce que nous ne mettons pas en mot (que nous refoulons dans l’inconscient) se manifeste sous forme de maux (dans le corps). La part d’esprit nous montre la distance que nous avons à parcourir entre notre moi mondain et social la persona et le moi profond, ce que nous sommes vraiment individuellement et profondément, notre génie, nos valeurs et le courage de les porter et les incarner.

Paulinus a ajouté 5 autres parts, appelées les parts hermétiques, une par planète dont trois sont reliées à la part de fortune (parts de Mercure, de Mars et de Saturne) et deux à la part de l’esprit (parts de Vénus et de Jupiter).

Nous avons appliqué les mêmes calculs pour les planètes trans saturniennes et déterminé 5 parts lunaires et 5 parts solaires.

Parts lunaires : Mercure, Mars, Saturne, Neptune, Proserpine

Parts solaires : Vénus, Jupiter, Uranus, Pluton, Bacchus.

Les parts lunaires représentent la gamme chromatique de la part de fortune, et idem pour les parts solaires et la part d’esprit. Il est important d’examiner en détail les parts de fortune et d’esprit, et ensuite les pars hermétiques.

 

Texte entier du poème : O Fortuna

L’astrologie est l’étude des cycles de l’univers et de la nature, mais aussi des cycles symboliques de notre intérieur.

On peut bien sûr se servir des positions planétaires, mais dans notre pratique par la présence attentive (mindfulness) et la conscience lucide (awareness) nous pouvons observer les macrocycles (de la naissance à la mort) et les microcycles (d’un instant) de notre existence.

Il existe en tout phénomène 4 stades : création, établissement, maturité et déclin. Appliqué à la vie humaine cela donne l’enfance, l’âge adulte, la maturité et la vieillesse.

L’étude de la symbolique des 12 signes du zodiaque est un format passionnant et efficace pour modéliser ces 4 stades.

Les douze signes sont répartis en quatre quartiers : Printemps (enfance), Eté (maturité), Automne (déclin) et Hiver (finitude).

Chaque quartier se subdivise en trois signes qui constituent une triplicité, le premier est Cardinal (l’entrée dans la saison solstice ou équinoxe), le second Fixe (le milieu de la saison) et le troisième Mutable (la phase de transition avec la saison suivante) :

Les mots clés associés à la triplicité sont:

  • Cardinal= pulsion de vie (Eros), impulsion, création, dynamisme, action, chaleur, rapidité.
  • Fixe = pulsion de mort (Thanatos), réceptif, inertie, accueil, lenteur, froideur, stabilité, maintien.
  • Mutable = pulsion spirituelle (Logos), échange, communication, relation, instabilité, changement, mutation.

Ceci peut s’appliquer à un projet, une entreprise, une relation de couple mais aussi à une problématique personnelle intérieure (une émotion surgit, s’établit, se maintient et décline).

Cela se combine également avec les quatre éléments qui sont représentés dans cet ordre : Feu, Terre, Air, Eau. Très brièvement, le Feu représente l’intuition, la Terre la sensation, l’Air la pensée et enfin l’Eau le sentiment.

Nous pouvons donc dire que Bélier (Cardinal+ Feu) est particulièrement engagé en direction d’un but, dynamique, hyperactif, à tout vouloir contrôler et ne supportant pas les entraves à cet engagement. C’est l’impulsion initiale créatrice.

Le Taureau (Fixe + Terre) est l’énergie qui va s’installer et posséder son territoire.

Les Gémeaux (Mutable + Air) est une énergie très volatile et aussi très communicante qui va toucher à tout mais s’investir peu.

L’enfant naît puis se développe très rapidement c’est la phase dynamique (Bélier). Ensuite il stabilise les acquis (Taureau), enfin il s’ouvre vers le monde extérieur à partir de l’adolescence jusqu’à 21 ans (Gémeaux).

Nous vous présentons sur ce zodiaque à la fois les nouvelles maîtrises planétaires (qui ont fait l’objet d’un article très complet dans la revue l’Astrologue, N°199 et N°200, Editions traditionnelles) et surtout les fonctions psychiques telles que définies par Jung et leurs liens symboliques avec les planètes.

Cela donne une perspective très intéressante que nous vous laissons découvrir.

Nous vous conseillons vivement de lire l’article complet de façon à comprendre l’implication de ces nouvelles maîtrises cependant nous précisons pour les astrologues professionnels que nous avons gardé intact le système traditionnel des maîtrises diurnes et nocturnes avec notamment la maîtrise diurne de Saturne en Verseau, et avons étendu cette double maîtrise en suivant la logique du système pour les planètes trans saturnienne. Dans cette logique, Uranus se trouve en maîtrise diurne en Capricorne et nocturne en Verseau, alors que Saturne reste maître diurne du Verseau et vient en maîtrise nocturne en Capricorne.

Ce que nous présentons sur ce schéma représente uniquement les maîtrises diurnes.

Nous reviendrons progressivement sur la signification dans d’autres billets, abonnez-vous au blog !

 

 

Rappel : Travail de synthèse de B&F Schmitt entre différents systèmes typologiques incluant l’Ennéagramme, les Fleurs de Bach, les 72 Anges de la Kabbale et les lames majeures et mineures du Tarot .

 

Volonté, Idéal, Opiniâtreté.

Un petit retour en arrière avec le signe du Sagittaire et en particulier avec ce dernier décan, marqué par Jupiter/Saturne/Gémeaux.

Nous trouvons dans ce décan une nature fortement éprise d’idéal, on pourrait pour ainsi dire qu’il est le plus idéaliste des Sagittaires.

Son esprit se trouvera fortement orienté vers l’étude, en particulier des sciences, il pourra jouir d’une intelligence supérieure qui fera autorité, accédant  à des postes éminents  d’enseignant et de chercheur. Même s’il ne se sent pas toujours  habile dans l’art d’écrire, il sera appelé à laisser des traces de son travail et de son  « œuvre scientifique » au travers  d’écrits et de publications, pour lesquels il peut rencontrer cependant quelques obstacles.

Il peut être hautement esthète et posséder  des dons pour l’étude de la musique, de la philosophie, de la poésie et de la littérature.

Il aura au cours de sa vie de nombreuses révélations , souvent en songe et possibilité de grande découverte, pouvant devenir une « fontaine de savoir, de sagesse et de Haute Science.  »

Très solitaire , mélancolique et très contemplatif,  il  aime à s’éloigner du Monde.  Il est capable également de grande rigueur,  concentration, et persévérance.  Son esprit est sérieux et profond, sachant faire preuve de beaucoup de persévérance et d’endurance pour surmonter les épreuves avec ardeur  et atteindre son but.

Continuer la lecture