Constitutions Planétaires

 

Ô fortune,
comme la lune
changeante en ses phases,
toujours tu crois
et tu décrois ;
vie détestable.
Tantôt la fortune oppresse,
tantôt elle avive,
par le jeu, l’acuité de l’esprit,
et la pauvreté
ou la puissance
elle les dissout comme la glace.

Sort cruel
et vain,
tu es une roue qui tourne,
une base instable,
un salut trompeur,
qui peut se briser à tout instant.
Quoique dissimulée
et voilée
tu pèses aussi sur ma tête ;
C’est cause de tes jeux criminels
qu’à présent
mon dos est nu.

La chance
et le succès
me sont maintenant contraires,
mes désirs
et mes refus
se heurtent à ta tyrannie.
À cette heure
sans délai,
touchez les cordes de vos instruments ;
et déplorez tous avec moi
que le sort
accable un héros.

(Texte original de O Fortuna, issu de Carmina Burana).

 

 

Cet article est une ébauche d’une étude plus vaste sur les Parts en Astrologie.

 

Pars fortuna

 Fortuna est une divinité italique allégorique de la chance. Son nom dérive du latin fors qui signifie « sort ».

Elle représente le destin avec toutes ses inconnues. Son nom dérive de fero (porter, apporter).

La pars fortuna est principalement une part de la Lune, et la pars du daïmon ou du génie est principalement une part du Soleil. Chez les romains et les grecs le génie (daïmon) est l’instance personnelle d’une nature en générale divine qui est présente dans chaque personne, lieu ou chose. Comme un ange gardien, le génie suivrait chaque homme depuis l’heure de la naissance jusqu’à celle de la mort.

Chez Paulinus, la part de fortune est associée au corps (somatos) et la part de génie à l’esprit (thymos). La part de fortune est reliée à la Lune, au Soma et par conséquent à l’inconscient. La fortune est le destin, le karma et l’ombre. La part de génie est reliée au Soleil, à l’Esprit et par conséquent aux valeurs individuelles que l’on incarne et que l’on rayonne, c’est le génie ou le charisme personnel. Elle est aussi relié à la persona, le soi social, le masque que nous montrons et que nous avons appris à montrer pour nous sentir accepter par le corps familial et social.

La part de fortune représente donc dans le thème l’endroit le plus aléatoire, le plus refoulé, la zone d’ombre que nous ne voyons pas et qui va se manifester sous forme de destin. Contrairement à ce qui est dit ce n’est pas l’endroit le plus chanceux, car fortune signifie pour les grecs et les romains le destin, positif ou négatif.

Ce que nous ne mettons pas en mot (que nous refoulons dans l’inconscient) se manifeste sous forme de maux (dans le corps). La part d’esprit nous montre la distance que nous avons à parcourir entre notre moi mondain et social la persona et le moi profond, ce que nous sommes vraiment individuellement et profondément, notre génie, nos valeurs et le courage de les porter et les incarner.

Paulinus a ajouté 5 autres parts, appelées les parts hermétiques, une par planète dont trois sont reliées à la part de fortune (parts de Mercure, de Mars et de Saturne) et deux à la part de l’esprit (parts de Vénus et de Jupiter).

Nous avons appliqué les mêmes calculs pour les planètes trans saturniennes et déterminé 5 parts lunaires et 5 parts solaires.

Parts lunaires : Mercure, Mars, Saturne, Neptune, Proserpine

Parts solaires : Vénus, Jupiter, Uranus, Pluton, Bacchus.

Les parts lunaires représentent la gamme chromatique de la part de fortune, et idem pour les parts solaires et la part d’esprit. Il est important d’examiner en détail les parts de fortune et d’esprit, et ensuite les pars hermétiques.

 

Texte entier du poème : O Fortuna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *