Stratégies Homéopathiques dans les Maladies Chroniques
Langues
  • fr
  • en
Billets récents
Souscription
Site sécurisé

Archives annuelles : 2018

La dynamique de la force vitale en homéopathie

Le modèle anthropologique homéopathique considère que c’est l’énergie vitale qui maintient l’organisme en équilibre. L’énergie vitale selon Hahnemann possède deux forces.

La force de génération

La tendance au déséquilibre est possible du fait de la capacité qu’à la force vitale d’entrer en résonance avec des processus pathogènes (exogènes ou endogènes) et de produire des symptômes. C’est en allemand « Erzeugungskraft » (Organon §21) : force de génération ou production. Cela signifie que l’énergie du processus pathogène entre en résonance avec l’énergie vitale et génère un désaccord de cette énergie vitale. C’est la capacité de l’énergie vitale à recevoir une autre énergie et de donner naissance à un processus pathogène. Une fois ce processus pathogène initié, il va se développer et s’accroitre sans tendance naturelle à la guérison.

La désorganisation globale – qui affecte d’emblée la globalité du système – se traduit par des symptômes périphériques somatiques ou psychiques. Un symptôme ou maladie localisé dans un organe n’est pas une entité isolée du reste de l’organisme mais la manifestation localisée du déséquilibre global.

Dans le corps humain, les homéopathes ont démontré que la désorganisation évolue de bas en haut (de la tête vers les pieds), de l’extérieur vers l’intérieur (de la peau vers les organes internes), des organes superficiels vers les organes profonds (par exemple des articulations vers le cœur ou le cerveau) et d’un état émotionnel superficiel vers une névrose ou une psychose (Loi de Hering).

La force de conservation

Face à ce déséquilibre généré, la force vitale à la capacité de réaction, de façon à maintenir l’homéostasie, c’est en allemand « erhaltungskraft » qui signifie force de conservation ou préservation. Cette seconde qualité est la capacité à s’opposer à l’action primaire déséquilibrante. Cette réponse secondaire opposée en direction et en intensité à l’action primaire est la capacité d’auto-préservation de la force vitale. Hahnemann en parle au § 63 :  « Chaque force qui agit sur la vie, chaque médicament, modifie la force vitale plus ou moins et apporte à la santé certaines modifications de durée plus ou moins grande. Nous appelons cette effet l’action primaire. Bien que cet effet soit produit par la force médicinale et vitale, il appartient néanmoins davantage au domaine médicinal. Notre force vitale s’efforce de s’opposer à cette action primaire. Ainsi sa réaction d’auto-préservation – erhaltungskraft  -est une activité automatique de contre-réaction que l’on appelle réponse secondaire. »

Cependant si cette force d’opposition est capable de maintenir l’homéostasie dans les circonstances habituelles de la vie, la genèse d’une maladie chronique dans l’énergie vitale de l’individu ne peut pas être surmontée par cette force et nécessite l’intervention d’une force médicinale semblable qui va venir par résonance neutraliser la maladie naturelle.

un ouvrage en cours de rédaction : diagnostic du règne en homéopathie

En homéopathie, on équilibre le terrain ou la constitution. Pour ce faire le praticien homéopathe cherche un remède, dit simillimum, qui va jouer ce rôle.

Cette recherche est ardue et pour la simplifier, nous avons développé une méthode permettant de diagnostiquer la nature du règne  dont a besoin le malade : minéral, végétal ou animal.

Le modèle de typologie intégrative (MTI) propose une classification basée sur les quatre éléments de la tradition Terre, Eau, Feu et Air. Ainsi selon les médecines orientales, chaque personne présente une constitution dont l’élément dominant constitue la pierre angulaire. Il y a des constitutions Terre, d’autres Eau, etc…

Le diagnostic de la constitution permet de déterminer le règne dont a besoin le malade. Voici la correspondance :

Terre : remède minéral

Eau et Feu : remède animal

Air : remède végétal.

De façon très schématique :

La Terre donne le sens du concret, de la persévérance et un grand besoin de sécurité. L’Eau donne le charme, la compassion, la séduction, l’émotion et un grand besoin d’affection. Le Feu donne la vivacité, la combativité, la clarté et un grand besoin de justice. Enfin l’Air donne l’efficacité, la curiosité, la motivation et un grand besoin de se sentir reconnu.

Je suis en train d’écrire un ouvrage destiné aux praticiens homéopathes : Homéopathie Constitutionnelle, tome 1, diagnostic du règne, qui devrait sortir dans le premier semestre 2019. Restez branchés !

DPC homéopathie: Polarity Analysis (analyse de polarité) dans les pathologies aigues

Une formation de 1 jour pour les médecins généralistes homéopathes actifs indemnisée dans le cadre de l’OGDPC sur la méthode de répertorisation de Boenninghausen, appelé Polarity Analysis ou Analyse de Polarité appliquée aux pathologies aigues.

L’analyse de polarité (polarity analysis) est un développement de la méthode de répertorisation de Boenninghausen. Elle permet d’établir pour une maladie individuelle donnée (aigue ou chronique) une probabilité d’efficacité pour chaque remède homéopathique. La méthode conduit à un choix efficace et reproductible du remède homéopathique et augmente la précision des prescriptions par rapport à une procédure homéopathique conventionnelle.

L’analyse de polarité se pratique avec un logiciel accessible en ligne en français basé sur le « Therapeutic Pocket Book » de Boenninghausen. Ceci a été développée par un pédiatre suisse, le Dr Heiner Frei.

Programme :

  • Classification des maladies selon l’Organon de Hahnemann
  • Comment aborder une maladie aigue en homéopathie
  • La croix de Hering : modalités, sensation, localisation, concomitents
  • Comment conduire l’entretien dans un cas aigu suivant l’analyse de polarité
  • Les check lists (grille de symptômes fiables)
  • La hiérarchisation des symptômes
  • Notion de symptômes polaires
  • Notion de symptômes contre-indicateurs
  • Que faire avec les symptômes contradictoires
  • Utilisation des symptômes pathognomoniques de la maladie
  • La posologie et la répétition du remède.

 

Expert :

Dr Frédéric Schmitt, homéopathe uniciste depuis plus de 30 ans.

 

Organisateur :

AFML

 

Public concerné

Cette formation est destinée aux médecins généralistes pratiquant déjà l’homéopathie.

 

Où et quand ?

Lieu : Toulouse

Dates : 10 novembre 2018 (9H – 17 h 30).

 

Modalités :

Formation prise en charge dans le cadre de l’OGDPC (1 jour = 7 heures de formation).

 

Inscriptions:

Je m’inscris sur le site de l’AFML

ou via le site du DPC en tapant le numéro de la référence de la formation  : 10321800047